Nicolas Charette, Adm.A., gestionnaire des opérations | Ordre des administrateurs agréés du Québec

Portraits d’Adm.A.

Nicolas Charette

Nicolas Charrette, MBA, PMP, Adm.A.

MBA, PMP, Adm.A.

Gestionnaire des opérations | Starlink Aviation

Publié le : 13 mars 2019 | Dernière modification le : 14 août 2020

Quel fut votre parcours ?

Première carrière : pilote de ligne
C‘est à 19 ans que ma passion pour le pilotage a pris le contrôle de ma vie ! Sans un sou en poche et sans connaissances dans le milieu de l’aviation, je me suis lancé ! Je suis passé de pilote instructeur à pilote sur la Côte Nord, pour parfois ramener des prisonniers de Schefferville, parfois porter le courrier à Port Meunier. De retour à Montréal, mon emploi de pilote de vols privés nolisés m’a permis de rencontrer des gens fabuleux, comme des politiciens, des sportifs ou des personnalités du monde des affaires. L’étoffe de mon carnet Gestionnaire des opérations dans l'aviationde vol a permis que j’obtienne un poste de chef pilote d’Air Ambulance, dont la mission était de rapatrier des citoyens canadiens de partout dans le monde. Cette expérience m’a propulsé vers les grandes lignes aériennes où, à l’âge de 31, je réalisais mon rêve de piloter un Boeing 757-200 pour, éventuellement, devenir commandant d’un Boeing 767-300 à l’âge de 37 ans.

Coup d’arrêt
J’occupe un poste de pilote vérificateur, qui me permet d’enseigner et d’évaluer des pilotes de Boeing 737-800, lorsqu’un accident de moto sur un circuit de course me prive de l’utilisation de mes jambes. Logiquement, ce diagnostic de paraplégie met un point d’arrêt à la pratique du ski, du parachutisme, de la moto et, évidemment, du pilotage d’avion... Que je croyais ! Car au fil du temps, l'utilisation graduelle et partielle de mes jambes fut possible. À mon grand bonheur, je pouvais renouer avec mes passions !

Rebondir après un obstacle
Diagnostiqué comme étant physiquement invalide, je débute une deuxième carrière en tant qu’administrateur. Lors de ma seconde tentative, l’ESG-UQAM m’a accepté au sein des étudiants du MBA pour cadres. Désirant m’impliquer, je me suis proposé comme représentant de classe et président de l’association des MBA pour cadres en 2017-2018. Un bonheur ne venant jamais seul, j’ai accédé au programme de double diplomation, Paris-Dauphine et UQAM. Enfin, en 2019, j’ai entrepris le programme du Collège des administrateurs de sociétés de l’Université Laval.

Seconde carrière : gestionnaire
J’ai maintenant le plaisir d’allier l’expérience de l’aviation avec celle de la gestion en occupant le poste de gestionnaire des opérations de Starlink Aviation, une entreprise de gestion d’avions corporatifs pour les voyages d’affaires ou de plaisance, située à l’aéroport Montréal-Trudeau.

Quels sont vos défis en tant que gestionnaire des opérations ?Profession gestionnaire !

Le plus grand défi jusqu'à maintenant est de faire le pont entre les connaissances acquises en management et l’environnement de travail opérationnel. Les termes utilisés en administration ne sont pas compris de tous alors mon rôle consiste maintenant à transmettre certaines pratiques administratives au cœur d’une culture d’opérations, sans causer de remous, mais au contraire en générant de l’engagement.

Quel a été votre premier emploi ?

Sauveteur National - Piscine.

Trois objets importants dans votre vie professionnelle et/ou personnelle ?

Mes cannes pour me déplacer, un ordinateur multi écrans pour une meilleure productivité, et mon téléphone pour faire semblant que je suis important !

Quel conseil vous a permis d’aller plus loin ?

J’ai reçu des milliers de conseils au fil du temps qui m’ont fait grandir petit à petit. Cependant, je me permets de vous en proposer un : je dis souvent « la vie est » et non « la vie devrait ». À partir du moment où nous inventons des règles de fonctionnement de la vie, nous créons des attentes qui sont, à mon sens, inutiles et décevantes. La vie nous lance des défis régulièrement, alors il ne suffit que d’absorber, accepter, réfléchir, et passer à l’action pour continuer d’avancer ! La vie est comme elle est, vivons avec ses aléas sans trop de tracas !

Profession gestionnaire, c’est…?

Une multitude d’interactions, de réflexions, de stratégies et de surprises. Une manne de situations toutes plus intéressantes les unes que les autres. Franchement, les défis des gestionnaires n’ont pas de fins ni de limites. Je trouve cette profession autrement plus édifiante que de piloter un avion entre Montréal et Paris !

Pourquoi être Adm.A. ?

Pour le plaisir du regroupement !

Comment imaginez-vous le gestionnaire de demain ?

Le gestionnaire de demain sera, je crois, de plus en plus éduqué et connaissant. Il vivra dans une société qui se complexifie, et où les enjeux et attentes augmenteront, mais qui sera probablement touchée par une profitabilité en diminution.


EN RAFALE

Un personnage qui vous touche ?

L’humour de Louis-José Houde m’amène ailleurs ; sa rigueur au travail est fascinante.

La faute qui vous inspire le plus d’indulgence ?

Il y a-t-il autre chose que l’indulgence ?

Un super pouvoir que vous aimeriez avoir ?

Télétransportation entre les Bahamas et Montréal.

Un son/bruit que vous aimez ?

Une turbine au démarrage !

Une œuvre d’art qui vous apporte de l’émotion ?

Les créations de Fanny Rice.

Votre mot préféré ?

Passion.

Une invention qui vous fascine ?

Les véhicules personnels volants.

Qu’auriez-vous aimé apprendre à l’école (qui n’est pas offert) ?

L’école remplit bien son rôle, à moi de jouer le mien !

Imprimer