Alexandre Bellemare, Adm.A. | Ordre des administrateurs agréés du Québec

Portraits d’Adm.A.

Alexandre Bellemare

  • Adm.A.
  • Avocat | Régie de l'énergie du Québec

Publié le : 29 mai 2015

Plusieurs jeunes administrateurs se démarquent au sein de l’Ordre et ont à cœur l’avancement et le rayonnement de la profession. Parmi eux, Alexandre Bellemare, Adm.A., CPA, CMA, LL.B., nouveau membre du conseil d’administration (C.A.) pour la région de Montréal-Laval. Alexandre Bellemare est membre de l'Ordre depuis 2008.

Il évoque son parcours professionnel bourgeonnant et les motivations qui l’ont poussé à poser sa candidature au sein du C.A.

Qu’avez-vous étudié et pourquoi ?

J’ai tout d’abord étudié la communication publique à l’Université Laval. Il n’est pas donné à tout le monde, les études collégiales terminées, de savoir avec certitude quel va être son domaine de prédilection. Il faut dire que j’avais également soumis des dossiers d’admission en histoire de l’art, architecture et droit. À mi-parcours, j’ai compris qu’une profession libérale correspondait mieux à qui j'étais. Ainsi, j’ai entrepris les études en comptabilité aussitôt le baccalauréat en communication terminé. Enfin, ma carrière établie, j’ai pu me permettre d’étudier le droit à temps partiel jusqu’à l’obtention du baccalauréat.

Comment êtes-vous arrivé jusqu’ici ?

J’ai commencé ma carrière comme agent de gestion financière à Revenu Québec (comprendre vérificateur d’impôt des sociétés) en 2008. Mon territoire d'action était la Montérégie. J’aimais particulièrement l’industrie manufacturière ; découvrir les procédés de fabrication est fascinant. J’y ai développé des habiletés de négociation et pris le réflexe de motiver les décisions avec équité. En 2010, je me suis vu offrir la possibilité de travailler au sein de la fonction publique fédérale, à Développement économique Canada pour les régions du Québec, où j’exerce toujours, plus précisément à la comptabilité ministérielle des services corporatifs. J’ai obtenu le permis de CPA, CMA en 2011.

Pourquoi êtes-vous devenu Adm.A. ?

Lorsque j’étais étudiant en comptabilité, je savais que le marché de l’emploi posait un défi aux diplômés. Il fallait alors absolument trouver des façons de se démarquer pour les dossiers de candidature remis aux employeurs. L’obtention du titre d’Adm.A. faisait partie de ma stratégie. Pour l’employeur, savoir qu'un candidat est régi par un code d’éthique et de déontologie d’un ordre professionnel et soumis à une obligation de formation continue est une assurance supplémentaire.

Qu’est-ce qui vous motive au quotidien ?

Les projets. Que ce soit professionnel ou personnel, j’aime la sensation d’avoir hâte à quelque chose. Sinon, l’occasion de rencontrer de nouvelles personnes est un leitmotiv : j’aime aller à la rencontre de l’autre, rire, faire rire, partager…

Qu’est-ce qui vous a poussé à poser votre candidature pour devenir membre du C.A. ?

Depuis un certain temps, je voulais acquérir une expérience sur un Conseil d’administration. S’il est possible de faire du bénévolat sur le C.A. d’organismes de milieux variés (artistique, professionnel, caritatif, communautaire, écologique), le défi est de trouver celui qui nous interpelle vraiment selon nos champs d'intérêt, préférences, valeurs, etc., et qui rend l’exercice important. Lorsque j’ai appris l’élection pour ma région électorale à l’Ordre, j’ai trouvé la possibilité particulièrement pertinente.

Pourquoi avez-vous choisi cette profession ?

On croit choisir une profession et l'on s’aperçoit que c’est la profession qui nous a choisi. Le choix d’un métier, c’est une part de rationnel et une part d’intuition. Je pense que c’est en apprenant à me connaître que j’ai pris des décisions naturellement. J’avais nécessairement une idée de l’environnement dans lequel je voulais exercer, mais le choix d’une carrière en administration pourrait se résumer en un mot : possibilités !

Liens de sites ou d’articles qui intéressent Alexandre Bellemare

Simplement pour partager une activité que j’affectionne : http://www.operademontreal.com/fr

Les informations contenues dans ce portrait sont exactes à la date de publication, soit en mai 2015.

Imprimer