Trois livres, une connexion - Épisode 4 | Ordre des administrateurs agréés du Québec

Gestion - Articles, chroniques, outils

Trois livres, une connexion

Lizette Flores, Adm.A.
  • Lizette Flores
  • Adm.A.
  • Directrice générale | Maison de la famille des maskoutains

Publié le : 13 janvier 2021 | Dernière modification le : 15 janvier 2021

Le début d’une nouvelle année nous offre l’opportunité de réfléchir au chemin parcouru ainsi qu’aux nouveaux défis. Professionnellement, cette période est intéressante pour regarder nos propres pratiques et attitudes en tant que gestionnaires.

Mieux pratiquer la gestion…

Pour commencer, Henry Mintzberg, l’un des universitaires les plus réputés de la gestion contemporaine et professeur à l’Université McGill, nous propose son livre Histoires pour gestionnaires insomniaques – ce que les vaches, les mauvaises herbes, et les œufs brouillés peuvent nous apprendre sur la gestion. Loin de ses livres de théorie organisationnelle, leadership ou planification, il nous partage une compilation d’articles, réflexions et critiques sur la gestion et sa pratique. Rapide à lire, ce livre est très drôle et facilite la prise de conscience.

Il remet en question tout principe traditionnel de gestion. Le leader conquérant devient une caricature devant les nouveaux modèles de gestion engagée où le leader doit laisser les autres personnes de son équipe « être importantes à leur tour ».

Ses commentaires et histoires nous incitent à délaisser la glorification du gestionnaire. Il devient un simple humain, parfois courageux, qui fait un « travail de fou » selon ses propres mots.

L’une des idées brillantes de ce livre est celle de « laisser pousser des stratégies comme de la mauvaise herbe ». Encore une fois, le gestionnaire n’est plus la source de LA stratégie. Nous devons plutôt voir l’élaboration de la stratégie organisationnelle comme une démarche quotidienne où le gestionnaire doit prendre soin du « terreau », des « jardiniers » d’idées, d’initiatives et de leur mise en œuvre. Le tout devient plus dynamique et plus organique.

C’est ainsi que l’efficacité des organisations dépend de sa capacité de créer des « communautés composées d’êtres humains ». Ce livre invite les gestionnaires à se regarder dans un miroir, à ne pas se prendre trop au sérieux, à ne pas négliger l’expérience et l’intuition et à pratiquer la gestion comme un art !

Mieux organiser son travail…

Généralement, les gestionnaires sont préoccupés par les méthodologies de travail, la planification, les dossiers financiers et les relations avec les employés. Cependant, comment notre espace physique et notre manière de trouver la joie au quotidien affectent notre travail ?

Marie Kondo, auteure de « La magie du rangement » et Scott Sonenshein, auteur et psychologue organisationnel ont essayé de répondre à cette question en adaptant la méthodologie minimaliste de Kondo en milieu de travail.

Le livre nous invite à améliorer l’atteinte de nos objectifs grâce au rangement et l’organisation. Nous devons désencombrer nos espaces de travail et nous poser la question : est-ce que cet objet jouera un rôle positif dans mon travail ? Nous devons commencer par ranger livres, papiers, objets divers et objets sentimentaux dans cet ordre. En même temps, le livre nous encourage à retravailler nos systèmes de classification et rangement des dossiers numériques, nos schémas d’organisation et priorisation du travail, augmenter l'efficacité des rencontres et à améliorer notre prise de décisions et nos relations dans nos équipes de travail.

Tout ce travail nous amène à désencombrer physiquement notre espace de travail ou nos dossiers numériques. Mais au sens figuré, l’objectif est de « faire le ménage » dans nos manières de travailler pour se concentrer sur ce qui est important et générer notre propre joie au travail.

Mieux décider ?

Si nous revenons à l’idée de pratiquer la gestion comme un art, il serait intéressant d’explorer la créativité dans le processus décisionnel.

Dessiner pour mieux décider est un livre référence pour ceux qui veulent explorer au-delà de la formation générale en gestion. Utilisant le dessin, les décideurs d’aujourd’hui peuvent mieux représenter la complexité des situations et des contextes et la diversité d’acteurs.

Selon les auteurs, acquérir cette compétence sert à « élargir notre palette de décideur ». Lorsque les mots ne sont pas appropriés pour décrire une situation ou une émotion, lorsque les chiffres nous donnent seulement un aperçu des données, le dessin devient un nouveau langage qui permet d’exprimer une situation et mieux communiquer.

Le livre nous donne un argument solide pour adopter cette pratique individuellement ou en équipe.

L’utilisation du dessin dans d’autres domaines est répandue. Le milieu journalistique, celui de la communication sociale ou de l’éducation ne se passent plus de son emploi. Dans le cadre de la prise de décision, le livre se penche sur quatre techniques pour tracer, esquisser, réaliser des scénarimages et pour créer une vision d’avenir au sein de l’organisation.

Quelques exercices vous permettront de l’intégrer à votre pratique quotidienne ou à vos rencontres de groupe afin de créer du contenu, imaginer des produits ou simplement planifier.

Si la situation du monde nous a poussés à être agiles et à apporter des changements dans nos organisations, il serait important de prendre le temps pour réfléchir. Ces trois livres nous amènent à nous poser les mêmes questions : comment nous-mêmes en tant que gestionnaires, notre environnement de travail, nos méthodes d’organisation ainsi que les façons dont nous prenons nos décisions doivent s’adapter et changer ? Quelles nouvelles compétences et attitudes aurons-nous besoin dans cet effort de créer un meilleur avenir pour nos organisations ?

Histoires pour gestionnaires insomniaques, Henry Mitzberg, Les Éditions de l'Homme, 2019.

La magie du rangement au travailMarie Kondo et Scott Sonenshein, Éditions First, 2020.

Dessiner pour mieux décider, du crobard à la fresque d’idées, apprenez à utiliser le dessin pour booster vos prises de décision, Martin Lauquin et Véronique Olivier-Martin, Pearson, 2016.

 

Imprimer

Lizette Flores, Adm.A.
  • Directrice générale | Maison de la famille des maskoutains