Trois livres, une connexion | Ordre des administrateurs agréés du Québec

Gestion - Articles, chroniques, outils

Trois livres, une connexion

Lizette Flores, Adm.A.
  • Lizette Flores
  • Adm.A.
  • Directrice générale | Maison de la famille des maskoutains

Publié le : 13 mars 2020 | Dernière modification le : 17 mars 2020

Ce mois-ci vous êtes invités à découvrir trois livres très différents, mais touchant tous un thème central : la connexion humaine !

Pour prendre son envol…

Soyons honnêtes ! Plusieurs personnes ont roulé des yeux lorsque Melinda Gates, présidente de la Fondation Bill et Melinda Gates, a écrit son livre. Mais probablement que ces mêmes personnes ont été agréablement surprises lorsqu’en lisant ce livre, elles ont découvert les activités - et exploits - de sa fondation. Nous arrivons à la connaître un peu plus en tant qu’amoureuse des données, de l’analyse stratégique et du travail de développement international.

Prendre son envol est un livre qui parle surtout d’histoires de femmes à travers le monde. Ces femmes confrontées aux abus tels que les mariages forcés et la violence de genre ainsi que la soumission à l’inégalité. Mais loin d’être un récit des injustices, ce livre raconte des histoires de femmes lumineuses, de communautés créées autour d’elles et de solutions inspirantes à impact réel et mesurable.

Lorsque l’auteure nous parle de son cheminement et de sa famille, elle le fait pour illustrer comment la bienveillance, le privilège, le travail invisible et la charge mentale des femmes ont influencé sa propre histoire de vie. Ah ! Même lorsque nous parlons de l’une des femmes les plus riches de la planète, nous devons aborder le sujet de l’inégalité homme-femme et de la réalité de vivre dans l’ombre de son conjoint.

Pour reprendre les mots de Melinda Gates, tout le travail de sa fondation à travers le monde vise l’équité et l’égalité, et puis, au-delà, il y a la connexion humaine. Cette connexion entre les personnes, peu importe leur genre, origine et situation économique, serait l’objectif final. C’est se refléter dans les yeux de l’autre et reconnaitre ses batailles et son vécu dans le regard de l’autre.

La connexion humaine dans un monde bavard ?

Encore sous l’effet d’histoires de terres lointaines, ouvrir le livre La force des discrets - Le pouvoir des introvertis dans un monde trop bavard de Susan Cain devient toute une expérience. Un livre très réfléchi et généreux en recherche. L’auteure retrace les étapes historiques et culturelles qui nous ont menés à ce que nous vivons de nos jours : le culte de la personnalité. Nous comprenons comment notre société et notre système éducatif privilégient les personnalités extraverties. La capacité à s’intégrer rapidement à un groupe, à travailler en équipe et à prendre la parole en public sont quelques traits qui prédominent dans nos milieux.

Cependant, un tiers de la population serait composé d’introvertis : préférant le calme, portés vers la réflexion et l’écoute et privilégiant les connexions humaines. Nous trouvons des histoires inspirantes d’introvertis connus et moins connus dans les pages de ce livre.

Quelques introvertis ont appris à « survivre » en développant des compétences et en imitant les extravertis. D’autres restent eux-mêmes en se développant dans des domaines comme les ventes, le droit et les communications. Leur secret ? Leur grande capacité à écouter, à observer et à réfléchir avant d’agir, le tout en misant sur les relations personnelles.

C’est ici que la connexion humaine prend toute son importance : dans notre culture basée sur le narcissisme et l’influence des personnalités, prenons la voie de la relation un à un, une relation profonde et honnête.

La reconnaissance est dans la connexion !

Après autant de théorie, le cerveau a besoin d’un vent de « pratico-pratique ». Le pouvoir de la reconnaissance au travail de Jean-Pierre Brun et Christophe Laval, Adm.A., est le livre idéal pour boucler la boucle. Le format « manuel » du livre est parfait pour lire du début à la fin ou pour explorer les fiches thématiques au besoin.

Le sujet de la reconnaissance au travail est en vogue depuis un certain moment. Comment faire pour reconnaître le travail de nos équipes, de nos personnels ou bénévoles ? Nous dédions du temps et du budget organisationnel pour démontrer notre appréciation, mais le personnel ne se sent pas reconnu. Pourquoi ?

La première fiche nous fait découvrir que le besoin de reconnaissance est tout à fait normal et naturel. Notre travail donne un sens à notre existence, le travail fait partie de notre identité.

Alors, si nous sommes ce que nous faisons, la reconnaissance viendrait valider notre existence, ou pour le moins, nos vies au travail.

Même les convaincus de l’importance de la reconnaissance au travail sont parfois maladroits dans leur manière de la témoigner. En fait, l’important est de bien identifier les formes de reconnaissance : existentielle, de la pratique de travail, des résultats, de l’investissement dans le travail (fiche 9). Chaque personne réagit différemment à ces formes et trouver la bonne forme de reconnaître chaque employé est la clé de l’efficacité en reconnaissance.

Mais comment y arriver ? Surtout quand chaque équipe, voire même chaque personne est différente et donc aura des besoins différents !

En fait, c’est en s’investissant pour créer des liens entre les personnes. C’est sur la base d’une relation honnête et profonde que nous pouvons adapter nos gestes quotidiens et véritablement reconnaître les efforts et résultats de nos collègues et employés.

Encore là, c’est la connexion humaine qui est au centre de cet ouvrage, mais aussi au centre de toutes nos interactions ! Lorsque nous essayons de comprendre d’autres cultures, lorsque nous entrons en contact avec ceux qui sont plus ou moins « bavards » ou lorsque nous voulons reconnaître l’importance du travail des personnes de notre entourage, la condition nécessaire est cette connexion humaine.

Prendre son envol, Melinda Gates, Michel Lafon, 2019.

La force des discrets - Le pouvoir des introvertis dans un monde trop bavardSusan Cain, JC Lattes, 2013

Le pouvoir de la reconnaissance au travailJean-Pierre Brun et Christophe Laval, Eyrolles, 2018

 

Imprimer

Lizette Flores, Adm.A.
  • Directrice générale | Maison de la famille des maskoutains