Maxime Boissonneault, Adm.A. | Ordre des administrateurs agréés du Québec

Portraits d’Adm.A.

Maxime Boissonneault

Maxime Boissonneault, Adm.A. | DG de Saint-Stanislas-de-Kostka

Adm.A.

Directeur général | Municipalité de Saint-Stanislas-de-Kostka

Publié le : 04 avril 2018 | Dernière modification le : 14 août 2020

À 26 ans, vous êtes directeur général de la municipalité de Saint-Stanislas-de-Kostka depuis plus de deux ans.
Comment avez-vous obtenu ce poste ?

Je suis directeur général depuis le 25 mai 2015. J’ai assumé l’intérim dans un premier temps et j’ai obtenu le poste le 3 août 2015, par résolution du conseil municipal. J’avais travaillé en 2010 et 2011 à la Municipalité à l’administration et on m’a approché pour assurer l’intérim le temps du processus d’embauche en 2015. Puisque je me plais en gestion, j’ai également déposé mon curriculum vitae auprès de la firme retenue pour l’analyse des candidatures et la passation des entrevues. Après les tests psychométriques, ma candidature a été recommandée au conseil municipal puisqu’elle répondait aux différents critères et que mon profil correspondait au profil du poste.

Quels sont vos défis en tant que directeur général d’une administration municipale ?

Le monde municipal est un monde en constante mutation, encore plus ces dernières années avec l’adoption de la loi 122* et le projet de loi 155** qui est sur la table actuellement. En tant que directeur général, mes fonctions sont d’abord définies par la loi. Je dois conjuguer entre un conseil municipal, les citoyens et mon équipe de direction ainsi que les employés. C’est ainsi qu’il faut que je mette en œuvre les priorités du conseil municipal en assurant les communications entre les différents niveaux décisionnels de l’organisation, vers l’administratif, en plus d’assumer une multitude de tâches au quotidien : ressources humaines, administration, gestion financière, plan stratégique et j’en passe !

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

L’administration municipale a tellement de défis et d’opportunités à relever actuellement que je m’y vois encore pour les dix prochaines années. Je ne ferme pas la porte à une transition vers l’administration scolaire, par mon baccalauréat en enseignement et la maîtrise que je poursuis dans ce domaine. Chose certaine, l’administration publique est et restera pour moi un feu sacré !

Profession gestionnaire, c’est…?

Savoir être à la barre de la gestion de l’organisation, tout en étant sur le terrain pour la vivre au quotidien. C’est également savoir transmettre sa vision de la planification à tous ses collaborateurs en sachant les accompagner pour que cette vision puisse émaner et devenir plus grande et que chacun puisse se sentir interpelé. En somme, c’est savoir travailler en concertation avec tous les gens, en sachant identifier les forces et les défis de chacun, pour les intégrer dans tous les projets de gestion.

Pourquoi être Adm.A. ?

Pour donner un sens à ma profession et aux activités qui s’y rattachent et m’engager dans un maintien de compétences qui démontre la rigueur et le professionnalisme rattaché à la gestion.

Quel conseil vous a permis d’aller plus loin ?

Prendre le temps de prendre le temps ! Bien souvent, et plus encore dans un poste de gestionnaire municipal, le temps devient une denrée si précieuse que l’on s’oublie, que l’on oublie nos partenaires et les citoyens. En prenant ce temps d’arrêt, soit pour écouter, pour accompagner, pour faire les retours nécessaires, tout le monde en ressort gagnant, nous les premiers, puisque la personne (et le dossier qui accompagne cette personne) en ressort plus satisfaite.

Une personne qui vous inspire ?

Caroline Huot [mairesse de Saint-Stanislas-de-Kostka depuis 2013], une personne qui a un leadership extraordinaire, qui est à l’écoute et qui prend le temps de trouver les solutions et qui me rappelle que, derrière chaque procédure, il y a un aspect humain à considérer.

Livre lu et relu ?

  • Recherche sociale. De la problématique à la collecte des données, Benoit Gauthier et Isabelle Bourgeois.
  • Œuvres de Daniel Pennac : Au bonheur des OgresLa Fée CarabineMonsieur MalaussèneComme un roman.

EN RAFALE

  1. Heroic-Fantasy ou biopic ? Biopic
  2. Course à pied ou vélo ? Vélo
  3. Lego ou Playmobil ? Légo
  4. Muffin ou croissant ? Muffin
  5. En vacances, Rome ou Les Maldives ? Rome
  6. Bière ou rosé ? Bière… mais si le rosé se retrouve dans une recette de Sangria, rosé !
  7. Ville ou campagne ? Campagne
  8. Wagner ou Beethoven ? Wagner

Les informations contenues dans ce portrait sont exactes à la date de publication, soit en avril 2018.


Projet de loi 122  : Loi visant principalement à reconnaître que les municipalités sont des gouvernements de proximité et à augmenter à ce titre leur autonomie et leurs pouvoirs.

** Projet de loi 155 : Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant le domaine municipal et la Société d’habitation du Québec.

Imprimer